S'INSCRIRE

Jiucai xianbing (galette fourrée aux ciboulettes chinoises) 韭菜馅饼

Manger ces xianbing me rappelle les vacances d'été de mon enfance, chez ma grand-mère, le déjeuner dans la petite cour, sous les toits des maisons anciennes de Pékin, en compagnie de ma cousine qui avait un an plus que moi.
Notre grand-mère préparait ces galettes, nous servait les premières encore toutes chaudes, pendant que nous mangions, elle finissait la cuisson des dernières et passait à table toujours après nous. Quand on est une gamine de 7 ans, on ne se rend pas compte du privilège que l'on a à ce moment-là !
Jiucai ou la ciboulette chinoise est moins longue et sa feuille est moins large que sa cousine thaïe que l'on voit souvent dans les magasins asiatiques en France, la ciboulette thaïe est en général importée de Thaïlande, tandis que la ciboulette chinoise est cultivée en France par les Chinois, d'ailleurs, si vous allez dans des épiceries chinoises de la rue Au Maire à Paris, vous pouvez voir qu'il y a les ciboulettes locales (comme celles sur la photo) et ciboulettes importées (de Thaïlande).

Mini empanadas au pulled pork

En vivant en Amérique Latine, pas question de ne pas faire des empanadas maison, et voici ma version, un peu fusion, parce que la farce est bien entendu d'inspiration chinoise. Les miennes sont plus petites que les classiques, elles se dégustent en seulement 2 bouchées, c'est un gros jiaozi cuit au four pour moi ! 😄

Galette de Tu jia 土家酱香饼

Un nouveau street food que j'ai découvert l'été dernier en Chine, quand je vivais en Chine, il n'y en avait pas encore. C'est un snack de l'ethnie "tu jia"(littéralement famille de la terre), les gens de cette ethnie vivent dans le hu bei, hu nan, chong-qing et gui zhou (le centre et le sud de Chine). Mais il paraît que c'est un cuisinier de Pékin qui l'a popularisé dans toute la Chine.
Cette galette est facile à préparer, elle est épicée et croustillante, idéale pour un snack ou un apéro.

Piment à la peau de tigre 虎皮尖椒

Je continue ma passion pour les piments, au retour de mon voyage au Mexique, j'ai fait ce petit plat chinois, un plat que maman faisait souvent quand j'étais au collège (je crois), et c'était à ce moment-là où j'ai pris le goût aux piments.
On appelle ce plat "à la peau de tigre" parce que les piments, une fois grillés, ont des taches brunes sur la peau, comme la peau de tigre.

Si vous ne pouvez pas manger pimenté, prenez des piments doux ou des poivrons cornes de bœuf, le poivron vert est aussi possible, mais il est un peu trop charnue, on n'obtient pas le même résultat.

Ce plat peut-être accompagné avec un bol de riz blanc tout simplement, mais on peut aussi le servir comme des petites tapas avec du pain.

Les pousses de soja sont vraiment de soja ? Comment les faire pousser ?

Ben non, les pousses de soja ne sont pas du soja, mais des pousses de haricots mungo, en chinois : lü dou (pois vert). Le lü dou est consommé sous toutes les formes en Chine : en purée (sucrée ou salée), en congee, en gelée... mais le plus souvent ce sont ses pousses (germes), appelé faussement "pousses de soja" en France que l'on mange.
Faire pousser ses propres haricots mungo est vraiment simple et on a pas besoin d'attendre le printemps pour les voir germer, cela peut se faire à tout moment !

Jing jiang rousi 京酱肉絲

Quand on parle de la cuisine de Pékin, à part le canard pékinois ou la fondue mongole, il y a peu de plats pékinois connus en dehors de la Chine.
C'est exactement le cas de ce plat qui signifie littéralement "les juliennes de viande de Pékin", avec les ingrédients typiquement du Nord: le ciboule géante qui a la taille d'un poireau (mais on n'utilise que le cœur pour ce plat) et le da jiang (une pâte de soja fermentée très foncée). On déguste ce plat avec des fines crêpes de tofu.